Dyslexie de l’adulte : quels sont les symptômes et que faire ?

Comment atteindre l’âge adulte sans savoir que tu es dyslexique ?

“Il y a quelques années à peine, la dyslexie était mentionnée, même si le trouble a été diagnostiqué pour la première fois à la fin du XIXe siècle, et ce n’est qu’en 2004 qu’une circulaire nationale invitant les enseignants à prendre en compte le diagnostic de la dyslexie a été publiée.

Dans l’école, le personnel est maintenant informé du sujet, mais ce n’était pas le cas il y a seulement quelques années. Par conséquent, de nombreuses personnes ayant des troubles d’apprentissage particuliers trouvent habituellement des stratégies pour compenser leurs difficultés. S’il s’agit d’un trouble léger, il peut ne se manifester qu’au secondaire ou à l’université, lorsque la charge de travail augmente et que la lenteur s’avère être un véritable obstacle.

Quels sont les signes avant-coureurs ?

“Il existe également une liste de contrôle en ligne standardisée pour permettre une auto-évaluation préliminaire des adultes soupçonnés d’être dyslexiques. Il comprend des questions telles que : Avez-vous de la difficulté à distinguer la gauche de la droite ? Avez-vous de la difficulté à consulter des cartes ou à lire à haute voix ? Avez-vous de la difficulté à saisir et à vous souvenir du sens de ce que vous lisez, avez-vous de la difficulté à épeler, votre écriture est-elle difficile à déchiffrer ? Le score que vous obtenez lorsque vous remplissez le questionnaire n’est qu’une indication de la probabilité que vous deviez être dyslexique.

Quels effets psychologiques un AVD peut-il avoir sur les adultes ?

“De nombreuses études montrent que les troubles de l’humeur et d’anxiété sont plus fréquents chez les personnes atteintes d’AVD. Les échecs répétés en milieu scolaire causent une véritable blessure qui ne guérit pas même au fil des ans.

Les personnes atteintes d’AVD ont souvent des attentes moindres en matière de réussite et moins de persévérance, un sentiment d’impuissance et d’inadéquation. L’ASD peut être un traumatisme. Les adultes le vivent souvent comme une honte parce qu’ils ont un déficit d’estime de soi qui affecte aussi les objectifs qu’ils se sont fixés.

Est-il logique de chercher un diagnostic à l’âge adulte ?

“Absolument : le diagnostic a une valeur thérapeutique car il améliore la qualité de vie de ceux qui se sont toujours sentis insuffisants. En donnant un nom et une raison à ses difficultés, le sujet cesse de se sentir stupide, et sachant que la nature découvre des stratégies pour mieux vivre au quotidien.

Le diagnostic justifie certaines lacunes. La certification présente alors des avantages pratiques également dans le domaine extrascolaire : par exemple, lorsque vous passez l’examen théorique pour le permis de conduire, vous pouvez avoir des écouteurs pour “écouter” les questions, ce qui sur papier peut prêter à confusion”.

Qui doit être contacté pour un diagnostic ? Quels examens dois-je passer ?

Vous pouvez vous rendre dans un établissement public au centre de neuropsychologie. Dans le secteur privé, en Lombardie, il existe des équipes accréditées par la Région. Au sein de l’équipe, trois personnes collaborent au diagnostic multidisciplinaire : neuropsychiatre, neuropsychologue et orthophoniste. L’examen neuropsychiatrique doit être effectué par le médecin, l’évaluation du QI doit nécessairement être effectuée par un neuropsychologue et en ce qui concerne l’administration des tests d’apprentissage, il n’existe malheureusement pas de directives spécifiques expliquant qui est tenu de les administrer parmi les figures professionnelles. Sur le plan clinique, je crois que l’évaluation devrait être effectuée par un neuropsychologue qui pourra effectuer des investigations neuropsychologiques et/ou l’envoyer à un orthophoniste, s’il y a des troubles spécifiques du langage.

Existe-t-il des stratégies utiles au travail et dans la vie quotidienne ?

“Tout dépend du sujet et de son activité. Pour tout le monde, en général, il est utile d’avoir des vade-mecums décrivant certaines opérations. J’ai un patient, par exemple, qui travaille dans l’entrepôt et qui doit exécuter des commandes. Il a un dossier avec toutes les procédures divisées en étapes courtes. Cela l’aide à ne pas “perdre le fil”.

Autres aides : pour lire en évitant l’effet d’encombrement (c’est-à-dire le sentiment d’encombrement sur la page qui ne permet pas au dyslexique de se concentrer sur le mot) vous pouvez utiliser un signet avec une fenêtre qui isole une seule ligne. Les livres audio conviennent à ceux qui ont de la difficulté à associer le signe graphique au son. Pour mémoriser un texte, il faut des cartes conceptuelles : elles donnent une vision spatiale pour ceux qui ont une mémoire verbale et à court terme réduite.

Pour les présentations, même au travail, ils aident les techniques mnémoniques comme les loci (de Cicéron), qui sont basées sur la mémoire visuospatiale. Chaque sujet est lié à un lieu connu. On imagine faire un voyage touchant tous ces lieux, et au fur et à mesure que l’on aborde les thèmes liés à chaque étape. Enfin, il y a le stylo intelligent, qui enregistre l’audio tout en prenant des notes sur des feuilles spéciales. Ensuite, il suffit de le pointer sur un mot pour réécouter ce qui a été dit à son sujet.

L’État fait-il quelque chose pour les adultes ?

“Il existe un projet de loi du 22/3/2017 modifiant la loi 170 de 2010. Il prévoit l’extension des outils compensatoires (logiciels spécifiques, PC avec correcteur, outils de synthèse vocale, etc…) en évaluation parascolaire et l’introduction du responsable de l’emploi pour les personnes atteintes d’AVD.

Un dyslexique aura-t-il des enfants dyslexiques ?

“La composante génétique influence la capacité de lecture quel que soit le niveau cognitif général. Mais il n’y a pas de certitude : on parle de familiarité. La transmission génétique directe n’a jamais été démontrée jusqu’à présent.